Résultats financiers et données historiques

États financiers au 31 mars 2020

La CPIVM exploite et gère le corridor du pont international à péage qui relie Cornwall, en Ontario, à Akwesasne et à Massena, dans l’État de New York. La CPIVM est une société d’État canadienne et filiale en propriété exclusive de La Société des ponts fédéraux Limitée (SPFL). ll s’agit d’une coentreprise formée par la SPFL (le partenaire canadien) et par la Saint Lawrence Seaway Development Corporation (le partenaire américain – SLSDC). La CPIVM perçoit des péages. Elle est responsable des coûts associés aux opérations quotidiennes et à l’entretien des deux ponts (nord et sud) ainsi que ceux des routes internationales, notamment pour l’achat des véhicules et du matériel requis. Les ponts et les bâtiments appartiennent directement soit au partenaire canadien, soit au partenaire américain, lesquels sont responsables de toutes les immobilisations ainsi que des réparations importantes. Par conséquent, la CPIVM remet tout l’argent aux propriétaires chaque année, après avoir soustrait les coûts annuels d’exploitation. Ces montants sont ensuite réinvestis dans les routes, les ponts et les bâtiments.

Au cours de l’exercice financier se terminant le 31 mars 2020, la CPIVM a enregistré un excédent annuel de 244 162 $ qui servira à financer les coûts futurs associés aux routes, aux ponts et aux bâtiments. Au cours de l’exercice, les propriétaires ont réinvesti 116 023 $ dans les routes et les ponts. De plus, une partie importante du solde de 4,8 M$ du propriétaire sera utilisée principalement pour le projet des échafaudages roulants du pont du chenal sud avec le partenaire américain, la SLSDC, qui contribuera 2,62 M$ au projet alors que le partenaire canadien, la SPFL, contribuera 1,23 M$.

En outre, les propriétaires ont investi dans d’importants projets qui ne sont pas couverts par le solde du propriétaire, mais plutôt par des fonds supplémentaires du propriétaire. Au cours de l’exercice financier se terminant le 31 mars 2020, la SPFL a engagé 5,89 M$ pour la dernière phase des travaux de démolition du pont à travée haute à Cornwall.

Les grands contrats de construction sur les ponts, comme le retrait des piles immergées et l’installation des échafaudages permettent d’atteindre le minimum de 15 % de participation des Premières nations.

Pour en savoir davantage, veuillez consulter les derniers états financiers de la CPIVM.

 

 

États financiers au 31 mars 2019

La CPIVM exploite et gère le corridor du pont international à péage qui relie Cornwall, en Ontario, à Akwesasne et à Massena, dans l’État de New York. La CPIVM est une société d’État canadienne et une filiale de La Société des ponts fédéraux Limitée (SPFL). ll s’agit d’une coentreprise formée par la SPFL (le partenaire canadien) et par la Saint Lawrence Seaway Development Corporation (le partenaire américain – SLSDC). La CPIVM perçoit des péages. Elle est responsable des coûts associés aux opérations quotidiennes et à l’entretien des deux ponts (nord et sud) ainsi que ceux des routes internationales, notamment pour l’achat des véhicules et du matériel requis. Les ponts et les bâtiments appartiennent directement soit au partenaire canadien, soit au partenaire américain, lesquels sont responsables de toutes les immobilisations ainsi que des réparations importantes. Par conséquent, la CPIVM remet tout l’argent aux propriétaires chaque année, après avoir soustrait les coûts annuels d’exploitation. Ces montants sont ensuite réinvestis dans les routes, les ponts et les bâtiments.

Au cours de l’exercice financier se terminant le 31 mars 2019, la CPIVM avait un excédent annuel de 262 420 $. L’excédent a été retenu à la CPIVM, puisqu’il sera réinvesti dans de futures immobilisations et réparations importantes.  Au cours de l’exercice, les propriétaires ont réinvesti 398 889 $ dans les routes et les ponts. De plus, une partie importante du solde au 31 mars 2019 des comptes des exploitants sera réinvestie dans les routes, les ponts et les immeubles au cours du prochain exercice financier. Sur le solde de 4,62 M$ à payer aux propriétaires, le partenaire américain (la SLSDC) a affecté 1,79 M$ et le partenaire canadien (la SPFL)

a affecté 0,88 M$. Ces montants serviront principalement à remplacer les échafaudages roulants sur le pont du chenal sud.

Pour en savoir davantage, veuillez consulter les derniers états financiers de la CPIVM.

États financiers au 31 mars 2017

La CPIVM exploite et gère le corridor du pont international à péage qui relie Cornwall, en Ontario à Akwesasne et à Rooseveltown, dans l’état de New York. La CPIVM est une société d’État canadienne et une filiale de La Société des ponts fédéraux Limitée (SPFL). Elle effectue ses activités commerciales en tant qu’entreprise commune, soit la SPFL (le partenaire canadien) et la Saint Lawrence Seaway Development Corporation (le partenaire américain). La CPIVM perçoit des péages. Elle est responsable des coûts associés aux opérations quotidiennes et à l’entretien des deux ponts (nord et sud) ainsi que ceux des routes internationales, notamment pour l’achat des véhicules et du matériel requis. Les ponts et les bâtiments appartiennent directement soit au partenaire canadien, soit au partenaire américain, lesquels sont responsables de toutes les immobilisations ainsi que des réparations importantes. Par conséquent, la CPIVM remet tout l’argent aux propriétaires chaque année, après avoir soustrait les coûts annuels d’exploitation. Ces montants sont ensuite réinvestis dans les routes, les ponts et les bâtiments. Depuis les 10 dernières années (soit à partir de mars de l’année financière 2008), les surplus annuels d’exploitation ont totalisé 7,5 M$. En plus de cette somme, les propriétaires ont investi 91 M$, notamment pour la peinture du pont du chenal sud, ainsi que 75 M$ pour la construction du nouveau pont du chenal nord.

En plus d’être très impliquée dans la gestion du budget et l’atteinte des résultats actuels, la CPIVM doit également accorder le passage gratuit aux membres individuels de la communauté mohawk en raison d’ententes gouvernementales historiques. La Voie maritime a connu une diminution importante des déplacements transfrontaliers en raison de la baisse du dollar canadien et des défis économiques de la région. Depuis les années 1990 et 2000, le volume de voitures et de camions a diminué de manière considérable. En 1991 et 1992, le volume de voitures a atteint un sommet en péages, en raison du taux de change, ce qui a eu pour effet de créer une forme de magasinage transfrontalier. La baisse du volume de camions a commencé en 2004 à la suite de la fermeture de nombreuses usines industrielles comme celles de Domtar, GM, Alcoa et d’autres entreprises

Pour en savoir davantage, veuillez consulter les derniers états financiers de la CPIVM.

 
 

Made with and by VersaCore Tech Designs

Notice bar for all your custom notifications for your site visitors. Tweak them as you like using flexible options.
close